Rechercher
  • World Green

Le Régime sans résidus....

Mis à jour : oct. 10


Le régime sans résidus est le plus strict des régimes "d’épargne digestive". S’il est déconseillé de le tester sans avis médical, il est important de le suivre à la lettre lorsqu’il a été prescrit.

  • Quel est le principe du régime sans résidus ?

  • Le régime sans résidus exclut les aliments contenant des composés qui ne sont pas totalement assimilables dans l’intestin grêle ("résidus") et qui parviennent jusqu’au côlon (gros intestin) en fin de digestion. Il s’agit principalement des aliments apportant des fibres : fruits, légumes, graines et céréales complètes1,2.

  • A qui s’adresse cette diète ?

  • Le régime sans résidus est prescrit :

  • Durant les 3 jours précédant une coloscopie (examen explorant la paroi interne du côlon) ou encore en préparation d’une intervention chirurgicale sur le côlon, le rectum ou l’anus. Quelques heures après une coloscopie, il est possible de reprendre son alimentation habituelle.

  • Lors des poussées aigues survenant au cours de la maladie de Crohn ou de la rectocolite hémorragique ; ou encore en cas de sigmoïdite diverticulaire : inflammation de la partie terminale du côlon appelée sigmoïde, due à la présence de diverticules (hernies de la muqueuse colique). A la suite de ces épisodes inflammatoires, il est conseillé de reprendre peu à peu une alimentation équilibrée et diversifiée, adaptée à la tolérance digestive de chacun3.

  • Les jours suivant une intervention chirurgicale sur l’appareil digestif, associé à une modification de la texture des aliments : liquide, semi-liquide ou molle. Le retour à une alimentation variée est recommandé dès que possible, mais il dépend du type d’intervention et de la tolérance de chacun. Il doit être guidé par le chirurgien, le gastroentérologue ou un diététicien spécialisé4.

  • Les aliments conseillés et déconseillés

  • Le régime sans résidus exclut :

  • Les fibres, que les enzymes digestives humaines ne sont pas capables de dégrader et qui sont pour la plupart fermentées dans le côlon.

  • L’amidon (glucide des féculents) dit résistant, difficilement dégradé par les amylases (enzymes qui servent à le digérer) après cuisson et réfrigération ou congélation (par exemple, dans des pâtes cuites conservées au réfrigérateur).

  • Le lactose (sucre du lait) qui peut occasionner une diarrhée en cas de déficit en lactase (enzyme qui le digère dans l’intestin grêle) permanent d’origine génétique ou transitoire, secondaire à une inflammation ou une altération de la muqueuse intestinale.

  • Les polyols : sorbitol, xylitol, maltitol, mannitol…, fermentescibles dans le côlon.

  • Les graisses cuites, les épices, l’excès de caféine ou d’alcool, susceptibles d’irriter les muqueuses digestives.

  • Aliments conseillés

  • Aliments déconseillés

  • Produits laitiers et boissons végétales

  • . Lait à teneur réduite en lactose en quantité modérée (Matin Léger® ou Grandlait léger et digeste®)

  • . Yaourts nature ou aromatisés

  • . Fromages à pâte pressée ou cuite : emmental, comté, gruyère, parmesan, gouda, mimolette, cantal, Babybel®, Bonbel®…

  • . Laits de vache, de chèvre, de brebis

  • . Fromages blancs, petits- suisses

  • . Yaourts avec morceaux de fruits

  • . Desserts lactés du commerce

  • . Fromages à croûte ou avec moisissures : camembert, munster, bleus…

  • . Boissons ou desserts à base de végétaux : soja, noix de coco, avoine…

  • Viandes, poissons, œufs et sources de protéines végétales

  • . Viandes maigres cuites sans matière grasse : steak, escalope de veau, filet de porc…

  • . Volailles sans leur peau et cuites sans matière grasse

  • . Jambons cuits sans le gras

  • . Tous les poissons frais ou surgelés cuits sans matière grasse

  • . Fruits de mer cuits sans matière grasse : crevettes, crabe, moules…

  • . Œufs cuits sans matière grasse

  • . Viandes grasses ou à cuisson longue : entrecôte, travers de porc, côtelette d’agneau, bœuf bourguignon, blanquette…

  • . Viandes crues ou fumées

  • . Toutes les charcuteries à l’exception des jambons cuits

  • . Poissons en conserve à l’huile

  • . Poissons panés

  • . Poissons crus ou fumés

  • . Fruits de mer crus : huîtres, palourdes, noix de Saint-Jacques…

  • . Œufs cuits avec de la matière grasse

  • . Tofu, seitan, plats cuisinés végétariens à base de soja ou de céréales

  • . Légumes secs

  • Pains et féculents

  • . Baguette ou pain de mie grillé maison

  • . Pain grillé ou biscottes du commerce à base de farine blanche

  • . Corn-flakes

  • . Pâtes ordinaires, riz blanc, semoule de blé, semoule de maïs (polenta), nouilles asiatiques : consommés directement après cuisson (non réfrigérés ou congelés)

  • . Tapioca

  • . Farines blanches, Maïzena®

  • . Pain frais

  • . Pains riches en fibres : complet, au son, au seigle, aux céréales…

  • . Pain grillé ou biscottes du commerce à base de farine complète

  • . Céréales de petit-déjeuner riches en fibres (flocons d’avoine, müeslis…) ou très sucrées

  • . Pâtes complètes, riz brun et autres féculents complets, sarrasin, millet, épeautre

  • . Farines complètes ou semi-complètes

  • . Pommes de terre, chips

  • Fruits et légumes

  • Aucun

  • . Tous, qu’ils soit frais, surgelés, en conserve, secs, confits, en jus ou nectars…

  • . Oignon, ail, échalote, cornichon, câpre…

  • Corps gras

  • . Beurre, margarines, huiles crus

  • . Tous les corps gras cuits

  • . Crème fraîche

  • . Sauces : mayonnaise, béarnaise, hollandaise…

  • Produits sucrés

  • . Sucre, miels

  • . Gelées de fruits

  • . Biscuits secs de type petits beurres, boudoirs, biscuits à la cuillère

  • . Confitures, crème de marron

  • . Chocolats, gâteaux au chocolat

  • . Pâte d’amande, nougat

  • . Sorbets, glaces et pâtisseries contenant des fruits

  • . Pâtisseries à la crème, viennoiseries

  • . Bonbons, chocolats et autres produits "sans sucres ajoutés" contenant des polyols : sorbitol, xylitol, mannitol, maltitol…

  • Boissons

  • . Eaux plates

  • . Eaux gazeuses selon tolérance

  • . Thé, café : maximum 2 à 3 tasses par jour

  • . Infusions (non laxatives) : maximum 2 à 3 tasses par jour

  • . Sirops : en quantité raisonnable

  • . Vin : en quantité raisonnable (maximum 2 verres par jour), sauf avis médical contraire

  • . Jus et nectars de fruits ou de légumes

  • . Sodas

  • . Chicorée

  • Divers

  • . Sel

  • . Vinaigre

  • . Moutarde ordinaire (sans graines)

  • . Herbes fraîches en petite quantité

  • . Bouillon de légumes maison passé

  • . Bouillon de légumes ou de volaille déshydraté du commerce

  • . Graines de lin, de chia, de sésame, de courge…

  • . Epices, herbes sèches

  • . Sauce tomate

  • . Moutarde à l’ancienne (avec des graines)